PRESTAS TELECHARGER
Vendredi le 28 Novembre à 18:49 H
Logo

Mes Dossier Techniques des Trucs et Astuces pour la Sonorisation, la Prise de Son et l'Utilisation des Effets

Thomann
Navigation
HOME
RETOUR
RECHERCHER
Fiches & Articles
Accueil
Amplis
Amplis_part2
Ampli_guitare
Balance
Compression
Connectiques
Console
Decibels
Delay
Egalisation
Enceintes
Frequences
Gate
Larsen
Micros
Micros_choix
Micros_placer
Mix
Phase1
Phase2
Processeur
Retours1
Retours2
Reverbe
Sono
Spatialisation
Électricité
 -Cables
Distribution
Electricite
Electricite2
Electricite3
Fiches
Fiches1
Fiches2
Eclairage
Impedance
Multibroche
Diffusion
Intro
Survol
Propagation
La WST
Les Sources
Details Techniques
Calculer
Deci_hexa1
Deci_hexa2
Dp_factor
Dp_factor2
Driverack
Filtre1
Filtre2
Filtre3
Filtre4
Niveaux1
Niveaux2
Sym_asym1
Sym_asym2
Testeurs
Les Calculateurs
DB en Volt
Distance Temps
Frequence-Distance
BW-Q
Absorption-Distance
Air Absorption
Note en Hertz
Reverberation
Autres...
SONOPRATIQUE
...à suivre

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!

cables

" Câblage et Connectique "

Didier Pietquin (Globe sur le Forum - e-mail) récidive. Le voilà avec le troisième volet de la saga sur l' électricité dans tous ces etats. Cette fois vous apprenez tous ce qui il a à savoir sur les câbles .

pour télécharger un dossier avec des fiches supplémentaires (câbles et connectiques), cliquez ici (500ko)
pour télécharger un autre dossier avec des schemas et photos de tableaux électriques , cliquez ici (200ko)


introduction - effet resistif - effet magnétique - conducteurs - modèles - hp et module - dmx - conclusion

Introduction

En sonorisation, en éclairage rien ne peut fonctionner correctement sans un câblage adéquat. Ce qui veut dire que chaque câble devra être adapté à l’utilisation que l’on veut en faire. Pourtant, on pourrait se dire que ce ne n’est jamais qu’un bout de métal par lequel passe un signal électrique. Malheureusement, ce n’est pas si simple…
Ce dossier a pour but d’illustrer les principales caractéristiques d’un câble, sans pour autant entrer dans d’incompréhensibles démonstrations et formules mathématiques.
Certains électriciens ou électroniciens trouveront donc ce dossier incomplet ou trop simplifié. Mais mon but n’est pas de remplacer des ouvrages spécialisés mais bien de faire simple…

haut de page

1. En règle générale...

Un câble est composé de un ou plusieurs conducteurs. Chacun de ces conducteurs est entouré par un isolant. Ces mêmes conducteurs sont également composés de un ou plusieurs brins métalliques.

Ces conducteurs ont leurs propres caractéristiques et peuvent être soumis à différents effets. Tout ceci est décrit ci- dessous.

1.1  L’effet résistif

Chaque conducteur possède une certaine résistance.

Celle-ci dépend de plusieurs paramètres :

-       Influence de la nature du conducteur

En fonction du métal ou de l’alliage utilisé pour les conducteurs, la résistance de ceux- ci variera.

En effet, certains matériaux possèdent plus d’électrons libres par unité de volume que d’autres. Et plus ce nombre est élevé, plus le matériau est bon conducteur. Il offre donc moins de résistance au passage du courant.

Ou tout simplement, plus il y a de charges porteuses dans un conducteur, moindre est la charge de chacun par rapport à l’énergie totale.

Ce qui a pour conséquence que la quantité d’énergie convertie en chaleur à cause des collisions avec les atomes métalliques est réduite.

Un conducteur d’argent est par exemple moins résistant qu’un conducteur de cuivre de même section.

Par rapport à la nature d’un conducteur, on va alors parler de résistivité du conducteur, ce qui correspond à la résistance d’un conducteur ayant une longueur de 1 mètre et une section de 1 mètre carré.

Ce phénomène est expliqué par le nom de la loi de Pouillet :

La loi de Pouillet nous donne la relation suivante :
La résistance d’un conducteur est directement proportionnelle à sa résistivité () et à sa longueur (L) ; elle est inversement proportionnelle à la section (S) de ce conducteur.

R = x L/ S

Avec R la résistance électrique du conducteur en ohm
résistivité de la matière en mm²/ m
L longueur du conducteur en m
S section du conducteur en mm²

Pour rappel, la section d’un câble suivant son diamètre se calcule comme suit :
S= x d²/4 Ou suivant son rayon : S= x r²

Quelques exemples de valeurs en mm²/m à 20°C :
Cuivre 0.017
Argent 0.016
Alu 0.028
Fer 0.1

Influence de la température

Dans la plupart des cas théoriques, on considère que la température reste constante à 20°C. Or, c’est rarement le cas.

En effet, on remarque que la résistance d’un conducteur va augmenter avec la température. Il existe cependant certains matériaux dont la résistance diminue avec la température (Supraconducteurs) ; ceux- ci ne nous intéresse pas dans ce dossier.

Cette relation est expliquée par la loi de Mathiessen et s’exprime par la formule suivante :

Rt = R (1 + α t)

Rt est la valeur de la résistance à la température t -- R est la valeur de la résistance à la température de 0°C -- α est le coéfficient de température du conducteur -- t est l’écart de température en degrés centigrades

Quelques valeurs de α :

    • Cuivre, aluminium 0.004
    • Tungstène 0.0065
    • Argent 0.00377
    • Bronze 0.0005

Cette loi de Mathiessen va également s’appliquer à la résistivité du matériau. En effet, celle- ci va également augmenter avec la température.

L’effet joule

Tout conducteur parcouru par un courant s’échauffe. C’est ce qu’on appelle l’effet joule.

Ce dégagement de chaleur est directement proportionnel :

    • au temps de passage du courant dans le conducteur
    • au carré de l’intensité du courant
    • à la valeur de la résistance

Ceci s’exprime par la formule suivante :

Q= R . I² . t

( Q en joule - R en ohm - I en ampère - t en seconde )

Cet effet se traduit pratiquement par une élévation de la température d’un conducteur si il est traversé par un courant trop intense. L’isolant peut alors être détérioré ou pire, complètement brûlé.
Un mauvais contact peut aussi provoquer une élévation de la température. Cet échauffement peut se révéler dangereux pour les prises, les soquets, les fiches,…

haut de page

1.2  L’effet magnétique

On sait qu’un conducteur parcouru par un courant va créer un champ d’induction magnétique. La valeur de ce champ magnétique sera proportionnelle à l’intensité du courant.
Il n’y aura donc pas de champ magnétique lorsqu’il n’y a pas de circulation de courant.

champs magnetique

Lorsque deux conducteurs sont côte à côte, chacun va créer un champ magnétique qui va influencer l’autre conducteur.

Un exemple simple de cet effet est le ronflement provoqué par la proximité d’un câble 220 volts à un câble micro. Dans ce cas, la fréquence de 50 Hz du câble électrique va se propager via le champ magnétique vers le câble micro. Cette fréquence va se répercuter sur le signal audio.

1.3  L’effet capacitif

Un condensateur est composé de deux armatures ou de deux surfaces conductrices placées l’une en face de l’autre et séparées par un isolant. La qualité de l’isolant, la distance entre les armatures et la surface des armatures vont déterminer la capacité du condensateur.

Un câble correspond parfaitement à cette caractéristique puisque deux conducteurs placés à proximité l’un de l’autre constituent un condensateur. Condensateur dont la capacité est proportionnelle à la surface et inversement proportionnelle à la distance qui les sépare.

Dans le cas d’une liaison audio, la capacité du câble va se combiner à l’impédance de charge de l’appareil auquel il est relié. Cette association d’une résistance et d’un condensateur correspond à un filtre passe- bas du premier ordre, soit une atténuation de 6 dB par octave.

La capacité du câble est un paramètre important dans le cas de circuits à hautes impédances principalement, tel le raccordement entre les guitares électriques et les amplis par exemple. Cette capacité dépend, dans un câble coaxial, de la distance séparant le conducteur interne et le blindage et plus la liaison est longue, plus elle est importante. Il est donc préférable que la capacité du câble soit la plus petite possible, et d’utiliser des liaisons relativement courtes pour les circuits à haute impédance.

1.4  L’effet inductif

En courant alternatif, l’inductance d’un circuit électrique est la propriété qui tend à s’opposer à toute variation de courant qui le parcourt.

Dans un conducteur rectiligne tel que les câbles, l’inductance est faible et on peut la négliger. C’est seulement dans le cas de fréquences élevées qu’il y a lieu d’en tenir compte.

haut de page

2. Fiches techniques

Suivant le type de câble, son utilisation,… un tas d’indications seront notées sur leur fiche technique. On trouvera par exemple :

-       Son diamètre extérieur en mm

Cette information peut être utile à regarder… Histoire de s’assurer que le câble passe bien dans la fiche, le connecteur,…

Le nombre de conducteur

Chaque câble est composé de un ou plusieurs conducteurs. Le blindage d’un câble micro par exemple n’est pas considéré comme un conducteur en tant que tel. On parle alors de x conducteurs + masse.

-       La section de chaque conducteur en mm²

La section de chaque conducteur est donnée en mm².

-       Le nombre de brins par conducteur

Chaque conducteur peut être composé de un ou plusieurs brins de cuivre le plus souvent. En règle générale, plus ce nombre est élevé, plus les brins qui composent un conducteur sont fins et plus le câble sera souple.

-       Blindage

L’efficacité d’un blindage va dépendre du taux de recouvrement de celui- ci par rapport aux conducteurs internes. En effet, plus les longueurs d’onde des interférences potentielles sont courtes, plus elles peuvent pénétrer par des ouvertures de petites dimensions.

Lorsqu’un câble est blindé, il peut l’être de plusieurs façons :

Le blindage par un feuillard d’aluminium : Ce type de blindage est principalement destiné aux câbles pour les installations fixes. Il permet d’assurer un recouvrement de 100 % et donc d’assurer une protection maximale aux basses fréquences.

Le blindage par une tresse spiralée : Les câbles audio peuvent être blindés par une torsade de cuivre. L’avantage est d’avoir une grande souplesse mais une moins bonne résistance mécanique que pour un blindage par tresse classique. La qualité du blindage dépend du coefficient de recouvrement, généralement indiqué sur la fiche technique.

Le blindage par tresse : Il s’agit d’une tresse de cuivre. La qualité de ce type de blindage est également liée au coefficient de recouvrement.

haut de page

-       Température d’utilisation

Ca peut paraître bête mais mieux vaut savoir que son câble est prévu ou pas pour de hautes températures ; pour l’alimentation du soquet d’une ampoule halogène par exemple.

-       Son poids au mètre

Peut être aussi inattendu que pour la température d’utilisation mais un câble de 5 x 16 mm² de 50 mètres, ça pèse…

-       Capacité métrique de conducteur à conducteur

Exprimée en Pico Farad.

-       Capacité métrique de conducteur à un écran

Egalement exprimée en Pico Farad.

-       Résistance kilométrique

Résistance du câble pour une longueur de 1 Km, exprimée en ohm.

-       Impédance caractéristique

L’impédance caractéristique est l’impédance qu’aurait un câble de longueur infinie. Cette notion n’intervient qu’en haute fréquence. Les valeurs les plus courantes sont de 50 ohms, 75 ohms (en vidéo) et de 110 ohms (en signal numérique).

Il y a éventuellement d’autres caractéristiques qui peuvent apparaître selon le type de câble. Et toujours suivant le type de câble, certains paramètres peuvent très bien ne pas être mentionnés.

haut de page

3. Les câbles, différents modèles

Il y a autant de câbles différents que d’utilisations possibles… Cependant, on peut généraliser en quatre grandes catégories :

-       Le câble "classique"

C’est le style de câble qu’on utilise pour les allonges électriques 220 volts ou pour les câbles haut- parleur. Il est composé de un ou plusieurs conducteurs entourés par une gaine isolante.

Câble 220V et câble haut-parleur

-       Le câble blindé, coaxial

Un câble coaxial est un câble dont le ou les conducteurs sont entourés par un blindage. Il s’agit par exemple du câble utilisé pour les micros, le signal audio en général,… ou pour la vidéo par exemple.

Câble vidéo

-       Le "côte à côte"

Il est composé de deux conducteurs mis "côte à côte". On l’utilise souvent pour les câbles haut- parleur pour les chaînes hifi par exemple.

haut de page

4. Câble par câble

Puisqu’il n’existe pas de câble universel, nous allons étudier chaque type de câble séparément.

4.1  Le câble électrique

Ce type de câble sert à l’alimentation électrique de tous nos appareils. Ici, le critère le plus important est la section des différents conducteurs.

Nous avons vu en effet qu’un conducteur parcouru par un courant trop important va s’échauffer par effet joule. Il est donc important d’adapter la section des câbles en fonction de l’intensité qui doit circuler via ceux- ci.

Section en mm2
Intensité maximale
1.5
10 ampères
2.5
16 ampères
4
25 ampères
6
32 ampères
10
40 ampères
16
63 ampères

Remarque : Dans le monde de la sonorisation, il est courant d’utiliser des multi- câbles (12 conducteurs, 18 conducteurs, 24 conducteurs,…) pour se simplifier la vie. Dans ce cas, on dispose de plusieurs circuits tout en installant un seul gros câble. L’inconvénient est que l’échauffement du câble en général est plus important que pour un simple câble composé de deux conducteurs… Il est donc prudent de s’accorder une marge de sécurité par rapport à l’intensité maximale qui passera par le câble. Prenons le cas d’un câble de 18 x 2.5 mm². En 220 volts, la puissance maximale est de 3500 watts plus ou moins. Si au lieu des 3500 watts, on se base sur un maximum de 2000 watts par circuit, on s’autorise une grande marge de sécurité.

4.2  Le câble haut- parleur

Le rôle principal du câble haut- parleur est de permettre la meilleure liaison possible entre l’amplificateur et les enceintes de façon à ce qu’un minimum d’énergie soit dissipée. Pour ce faire, la résistance des conducteurs doit être la plus faible possible, en regard de l’impédance de l’enceinte.

Un simple exemple pour comprendre :

Un amplificateur peut fournir une puissance de 200 watts sous 4 ohms, ou 100 watts sous 8 ohms. Si on relie une enceinte de 4 ohms à cet ampli à l’aide d’un câble dont la résistance est également de 4 ohms, l‘amplificateur verra une charge équivalente de 8 ohms. Celui- ci ne délivrera donc que 100 watts, puissance dissipée à moitié par le câble et à moitié par l’enceinte… Cette enceinte ne recevra donc finalement que 50 watts…

Heureusement, la valeur résistive réelle des câbles est nettement inférieure mais cet exemple montre bien la nécessité d’utiliser des câbles de forte section et de longueur aussi courte que possible.

La résistance des câbles aura également une incidence sur le facteur d’amortissement.
Ce facteur d’amortissement est défini comme le rapport entre l’impédance du haut- parleur et l’impédance de sortie de l’amplificateur.

Un haut- parleur qui revient à sa position d’équilibre se comporte en fait comme un générateur de courant et non plus comme un récepteur. Ce phénomène sera donc beaucoup plus conséquent pour les woofers que pour les hauts- parleurs de médium et d’aigu. L’importance du facteur d’amortissement est que plus il sera important, plus l’amplificateur sera en mesure de "consommer" le courant produit par le haut- parleur. Il en résulte un meilleur amortissement des mouvements de la membrane, des basses plus précises,…
Lors du calcul du facteur d’amortissement, la résistance du câble doit être ajoutée à l’impédance de sortie de l’amplificateur. Ce qui fait que plus cette valeur est grande, plus le facteur d’amortissement sera moindre.

Ceci illustre encore qu’il est préférable d’utiliser des câbles de forte section et de longueur aussi courte que possible…

Quelle section de câble utiliser ?

Prenons le cas d’un amplificateur délivrant une puissance de 2000 watts par canal sous 8 ohms. L’intensité résultante est donc la racine carrée de P/R (Puissance/ Résistance) soit 15,81 ampères…

Dans ce cas, un câble de section de 2.5 mm² est nécessaire, 4 mm² encore mieux.

En règle générale, une section de 2.5 mm² sera parfaite pour toutes les enceintes de petite et moyenne puissance et une section de 4 mm² est idéale pour les subs.

4.3  Le câble audio (dit câble modulation))

Il s’agit tout simplement d’un câble coaxial composé de un ou plusieurs conducteurs entourés par un blindage.
Ce type de câble peut aussi bien servir au transport d’un signal de niveau ligne que pour un signal de niveau micro.

Il en existe de plusieurs types :

  • Le simple câble composé d’un blindage et d’un ou deux conducteurs (photo ci-dessus). Son diamètre extérieur est souvent de 5 ou 6 mm pour les câbles destinés à des fiches XLR ou des jack. On en trouve du beaucoup plus fin pour les câbles destinés aux fiches cinch ou aux mini- jack par exemple.
  • Le câble côte à côte, utilisé en général pour les liaisons stéréo des lecteurs cd,… Il s’agit donc de deux simples câbles mis côte à côte.

Pour un signal asymétrique, le câble sera composé d’un conducteur et du blindage. Pour un signal symétrique, le câble sera composé de deux conducteurs et du blindage. Un câble composé de deux conducteurs et d’une masse pourra également servir à un signal stéréo.

La section de chaque conducteur est en général de 0.22 mm², 0.14 mm² pour les câbles de patch ou les multipaires.

haut de page

4.4  Le câble DMX

Le DMX est un signal numérique, au même titre que l’AES/EBU.

Une question souvent abordée est de savoir si le câble micro peut convenir aux liaisons DMX… L’USITT (United States Institute for Theatre Technology) indique simplement que les caractéristiques de capacité et d’impédance du câble audio ne sont pas compatibles avec un signal numérique. Logique, puisque le câble audio est prévu pour de l’analogique, le câble DMX pour du numérique… La valeur idéale d’impédance caractéristique est cependant donnée (entre 100 et 120 ohms) pour le câble DMX.

Ce même institut indique que des erreurs de transmission peuvent apparaître au-delà d’une distance de 10 mètres.

Dans la pratique, le câble micro fonctionnera, plus ou moins bien, mais pour de courtes distances...

5. Il n’y a plus qu’à…

Tout brancher…

Le tout est de bien se rendre compte que chaque câble a son domaine de prédilection et que vouloir en changer est une mauvaise idée… Relier une enceinte à son ampli avec du câble micro est par exemple une grave erreur…

Acheter des câbles de bonne qualité (et donc un peu plus chers) est aussi un gage de longévité. Il n’y a rien de plus désagréable qu’un câble qui se tord dans tous les sens et qu’il faut jeter au bout de deux ou trois utilisations. Un câble n’est pas non plus une ficelle sur laquelle on peut tirer n’importe comment…

Bon amusement ! 

Bibliographie

    • Circuits électriques, Courant alternatif, Herbert W. Jackson, Editions Dunod, 1988
    • Circuits électriques, Courant continu, Herbert W. Jackson, Editions Dunod, 1988
    • Condensé de physique, Jean- François Lambert, Editions MPC, 1996
    • Le son live, Paul White, Editions Eyrolles, 2001
    • Electricité pratique, J.-M Fouchet, Editions Dunod, 1999 

     

© GLOBE Janvier 2005

haut de page

Vous pouvez consultez ces fichiers en ligne ou les télécharger. Mais ne les piratez pas. Pas de publication ni de reproduction. Malheureusement je trouve parfois mes articles, publiés sur d'autres sites, sous d'autres noms - et sans mon autorisation, ce qui est illegal!!

...