Le mode bridge des amplis

Postez ici vos soucis techniques, vos trucs pour dépanner et tout ce qui concerne la construction d'enceintes etc
Répondre
Avatar du membre
Barthedoc
Modo
Modo
Messages : 1332
Enregistré le : 10 nov. 2007, 16:38

Le mode bridge des amplis

Message par Barthedoc » 5 févr. 2018, 13:58

:D

Ola les amis, suite à un post, j'ai révisé mes cours sur le mode bridge des amplis, et ce que je connais du mode, le principe est de découper le signal en deux polarités inverses de 180°, les amplifier séparément et de les joindre vers le HP. Mais si le HP vaut 8 ohms par quel miracle en mode bridge il passerait en 4 ohm comme j'ai pu lire précédemment. Le gain en bridge est en théorie la tension de sortie*2, donc la loi d'ohm s'applique, mais peut-être existe t'il une loi mystique?
alors dans le cas qui me préoccupe, 490w en single donne 1600w en bridge sur deux canaux et j 'extrapole 2 fois deux canaux bridgés donnerai 1600w*2 soit 3200 watts ???
ce qui induit que la tension de sortie est multipliée par 4,
Please si quelqu'un peut m'expliquer, car là je sèche, comment un hp de 8 ohms peut -être vu comme un Hp de 4 ohms?

Le régisseur est perplexe, il a multiplié la couleur des sièges par la valeur du BitCoin, est pourtant il lui manque toujours trois pas pour arriver à la connaissance...
Du son, du son , toujours du son...oui mais du light Milledieu

Avatar du membre
Barthedoc
Modo
Modo
Messages : 1332
Enregistré le : 10 nov. 2007, 16:38

Message par Barthedoc » 5 févr. 2018, 15:29

O:)
Ben je me réponds: moi même moins idiot.
Après recherche sur ma doc, je comprends mieux
en pontant les blocs amplis, le point milieu est composés des plots + et -
des blocs amplis, ce qui crée un point virtuel d'une demi-bobine du HP.
donc un 8 ohms sera composé de 2*4ohms virtuel.
ce qui fait en théorie une augmentation de puissance de V*2 plus A*2.
Et c'est là que les chiffres divergent et c'est ce qui m'a induit en erreur
selon QSC si un bloc vaut 450w le bridge de deux bloc donne 1300 w sur la bande audio, 1500w à 1khz 0.1% (ce qui commence à craindre).
mais QSC est prudent sur ses chiffres voir la doc du QSC PLD 4.5
c'est aussi expliqué dans le post LA48a.
Bref c'est les chiffres annoncés qui ne relèvent pas du même protocole
la théorie reste la même.

Moins idiot tu seras, si tu ne perds pas la face, et que la face soit avec toi.
Du son, du son , toujours du son...oui mais du light Milledieu

serge
Habitué
Habitué
Messages : 94
Enregistré le : 20 déc. 2007, 15:04
Localisation : 13

Message par serge » 5 févr. 2018, 16:22

j 'extrapole 2 fois deux canaux bridgés donnerai 1600w*2 soit 3200 watts ???
Tu ne peu bridger que 2 canaux pas 4 .
La masse est flotante.
C'est comme ça que tu peut avoir une vingtaine de watts rms avec une batterie
de 12volt et un HP de 4Ohms
Avec des ampli comme un VZ 5000 qui avait des alims surdimentionnées il y avait aucun probléme tu doublais ou quadruplais ta puissance va voir les spec.

Avatar du membre
ziggy
Admin
Admin
Messages : 13242
Enregistré le : 2 févr. 2004, 21:09
Localisation : Lozère (48)
Contact :

Message par ziggy » 5 févr. 2018, 19:38

Please si quelqu'un peut m'expliquer, car là je sèche, comment un hp de 8 ohms peut -être vu comme un Hp de 4 ohms?
Hello Barth
j'ai écrit un petit article à ce sujet (déjà un peu vieux mais toujours valide
c'est par là

la question de l’impédance vue par l'ampli est simple que quand l'ampli et bridgé en mono la sortie est flottante (il n'y a plus de référencence 0Volt et on utilise les poles + de chaque module) et c'est exactement le même phénomène que asymétrique contre symétrique; le gain augmente de +6db (et la puissance quadruple) mais l'impédance vue par les modules d'ampli c'est la véritable impédance du HP, vue en double = deux fois (une fois par chaque module d'ampli séparément) et en parallèle (absence de référence 0Volt !!)... donc un HP de 8Ohms sera vu comme une impédance de 4 Ohms (par l'ensemble des deux modules d'ampli en mode mono-bridge).....

il faut d'ailleurs rester précis et prudent avec les termes :
il y a le mode mono-bridge ; le signal rentre dans le canal 1 (ou canal A) le même signal est envoyé dans l'autre canal avec la polarité inversé
en sortie on récupure le signal entre le + du canal 1 et le + du canal 2
on a une augmentation de +6db en tension et le même courant que dispo sur un seul module d'ampli; donc quadrupple de la puissance !!

et il y a le mode parallèle bridge (très courant dans les anciens Crown)
ou le signal est injecte dans les deux entrées d'ampli (polairité identique)
les deux modules sont mis en parallèle internement et on récupère le signal sur les sorties + du canal 1 et - du canal 2 !!!
résultat : même tension que sur un seul module) donc puissance identique mais reserve de courant doublé, ce qui permet d'attaquer les impédance plus basse l'ampli régira plus en amplificateur de courant sur des basses impédances

Avatar du membre
Barthedoc
Modo
Modo
Messages : 1332
Enregistré le : 10 nov. 2007, 16:38

Message par Barthedoc » 5 févr. 2018, 23:43

:oje:
Eh oui, je ne l'avais pas lu
j'en étais resté sur mes acquis
bah j'ai vite compris
mon erreur.
super ton article même s'il est vieux
bon revenons à nos brebis.

B le bridgé du Larzac.
Du son, du son , toujours du son...oui mais du light Milledieu

Avatar du membre
Fresnel34
Habitué
Habitué
Messages : 71
Enregistré le : 3 févr. 2018, 15:13

Message par Fresnel34 » 5 mars 2018, 18:01

Bonjour,

et attention, même si le cas est (très) rare, aux amplis double mono !

Par exemple :

Image

Ne rigolez pas ! sur cette mauvaise et très vieille photo c'est ma deuxième et troisième génération de matériel acquis pendant les années 80 (RCF et DAS) sur enceintes maison (à l'époque j'avais 25 ans et peu de notion du hors phase !)

Le sujet qui nous intéresse ici est l'ampli du bas posé sur la table :

Un ampli ETL fabriqué artisanalement dans les année 80 à Colomiers près de Toulouse

Dans un seul boitier, il y a deux amplis qui n'ont en commun que le câble d'alimentation.
Ensuite fusibles primaires, interrupteurs transfos redressements filtrages et bien sur amplis sont totalement séparés.

Il semble facile de faire travailler ce genre d'ampli en bridgé : soit vous inversez le +- directement sur les entrées soit vous le faites avec un transfo à deux enroulements de sortie branchés en opposition.

oui mais il y a un souci : les deux masses de sorties HP sont totalement isolées l'une de l'autre et là soit vous êtes prévenant et tout va bien, soit avez de la chance, soit vous bousillez votre mixage, processeur, égaliseur, bref ce qui précède votre ampli.

en effet en sortie les deux tensions en opposition de phase issues des deux amplis ne peuvent se reboucler car la masse de chacun des ampli est isolée de celle de l'autre ampli, donc :

Soit vous êtes prévenants et vous pensez à réunir les deux sorties de masse G&D des deux amplis ou ce qui revient normalement au même les deux masses alim (à vérifier selon l'implantation des contacts de coupure des relais de protection HP)

Soit vous êtes chanceux : pas de son mais vous ne cassez rien,

Soit vous n’êtes pas chanceux : le pontage des deux masse HP se fait par les masses signaux d'entrée symétrique et comme sur le boitier commun des deux amplis elles sont isolées, c'est sur l'appareil précédant que le pontage va se faire :

imaginez 1Kw ou plus passant par la masse de votre processeur DBX : AIE AIE ! ! !

Bien sur le cas est très rare, il faut un ampli double mono pour lequel le bridge se fait par un dispositif externe

Avatar du membre
ziggy
Admin
Admin
Messages : 13242
Enregistré le : 2 févr. 2004, 21:09
Localisation : Lozère (48)
Contact :

Message par ziggy » 5 mars 2018, 20:00

intéressant comme réflexion... merci pour l'info...! :)

Répondre