Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

C'est le Forum principal !
Postez ici vos messages pour tout ce qui concerne la Sonorisation, l'Enregistrement et le Matériel Son en général
Répondre
Avatar du membre
ziggy
Admin
Admin
Messages : 13503
Enregistré le : 2 févr. 2004, 21:09
Localisation : Lozère (48)
Contact :

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par ziggy » 22 sept. 2019, 12:52

Hello tout le monde
je pense qu'il y a beaucoup de malentendus et faux espoirs en ce qui concerne la compression et c'est la raison pour mon petit sujet ici que j'intitule "Le mythe de la Compression"

pour rentrer directement dans le vif du sujet je veux parler tout de suite de la plus grande erreur que je rencontre TOUT LE TEMPS; c'est que les utilisateurs (et surtout les débutants) confondent la compression avec un réglage de volume…
alors ils prennent n'importe quel compresseur et y font n'importe quel réglage et puis surtout ils mettent le "Output-Gain" très fort; c-à-d au moins 3 ou 5db plus fort que le son bypassé et quand ils enclenchent le compresseur la source fait un saut énorme en se plaçant bien devant le mix
on entend alors ces utilisateurs crier haut et fort : "Putain, ce truc est une tuérie..!!!" (et très très souvent on voit aussi cet effet impressionnant sur les vidéo Youtube avec toujours la même conclusion : une tuerie !)

c'est vraiment la plus grande erreur qu'on puisse faire et pour le dire tout de suite; le réglage Output-Gain n'est pas là pour augmenter le volume de la source mais simplement pour rattraper le gain "perdu" par la compression !!! (= compenser l'atténuation, ni plus ni moins !) en conclusion le volume de la source doit être le même en mode "bypass" et en mode "compresseur activé" !!

c'est la toute première règle et rien que cela remettra beaucoup de choses bien en place !!
si on veut agir sur le volume de la source (donc son volume dans le mix) on a essentiellement deux possibilités :
primo à bien régler le gain de préamp (avec un bon préamp on peut aller dans l'orange si c'est nécessaire et souhaitable) - on n'est pas obligé de toujours régler un préamp à 0db-PFL !!!
et secundo biensûr avec le fader-volume => notez par là aussi que d'autres contrôles de Volume peuvent s'ajouter à celui de la piste-seule : c'est-à-dire par exemple le volume par VCA ou par Sub-Group etc…
un troisième point très très important c'est l'égalisation de la source; l'égalisation joue à la fois sur le gain-volume et aussi sur la présence dans le mix via les fréquences (relevé ou atténué) en cohabitation avec (et relatif à) d'autres sources

donc le conseil le plus important que je pourrais donner est :
avant même penser à une éventuelle compression; réglez correctement le gain !! égalisez correctement la source; et réglez correctement les volumes des différentes sources pour construire votre mix …
et avant tout cela pensez déjà à sélectionner le bon micro et de soigner l'emplacement du micro !! (c'est vraiment surprenant la variété des sonorités qu'on peut obtenir avec certaines sources rien que par le choix du micro et par son emplacement (exemple : batterie, voix, cuivres,contrebasse etc etc) - penser aussi à l'effet de proximité de la plupart des micros directionnel; la sonorité, le contenu du grave et le gain, et l'éventuelle compression naturelle seront directement dépendant de la distance à la source !!! (très important !!)

biensûr et pour revenir sur le sujet initial : je ne dis pas du tout qu'il ne faut pas compresser !! mais je dis : commencez par construire le mix basiquement au maximum de vos possibilités et envisagez ENSUITE "éventuellement" de finaliser et optimiser certaines sources par des outils supplémentaire comme par exemple la compression)

je répète que la compression n'est pas un remède miracle, ça n'est pas une panacée et ça n'est surtout pas un fourre-tout qu'on utilise à toutes les sauces, à tort et à travers !! ce n'est ni plus ni moins qu'un outil de correction de dynamique à utiliser uniquement là où une telle correction est nécessaire… avec les connaissances réquises pour l'utiliser et régler "correctement" !!
donc dans le doute (ou dans l'absence de connaissance de cause) il vaut mieux ne pas utiliser la compression !!

pourquoi suis-je si pénible à répéter (depuis des années) toujours ces mêmes conseils ?? c'est simple :
à mon époque on apprenait empiriquement sur le tas et au début quand je commençais (dans les années 70), il n'y avait pas beaucoup de matériel (ou il était horriblement cher et inaccessible !) et on avançait en tatonnant peu à peu en faisant des erreurs, rectifiant le tir, refaisant d'autres erreurs et re-rectifiant le tir etc
juste pour dire : pour moi et avant que j'utilise pour la première fois de ma vie un compresseur j'avais déjà mixé des concerts pendant 6 ou 7 ans rien qu'avec des micros et une console et un Echoplex (mon seul effet à l'époque et dont j'étais siii fier)
ce genre de parcours me permettais deux choses (en l'absence d'autres outils, de périphes ou de gadgets etc) :
1 : apprendre ce qui est "essentiel" pour bâtir un mix
2 : apprendre à écouter et analyser ce que je faisais pour pouvoir m'améliorer

aujourd'hui internet met à disposition de tout un chacun 10 tonnes d'infos = le rêve et le St Gral, ce qui est vraiment une superbe opportunité d'apprendre… (je le pense sincèrement !)
mais le revers de la medaille c'est que l'info en soi ne sert souvent à pas grand chose si on n'a pas l'expérience de la mise-en-pratique
et les gens pensent avoir tout compris après avoir vu ou lu un tuto en oubliant que le chemin d'apprentissage n'a réellement changé en rien et pour apprendre il faut : analyser, essayer et expérimenter, faire des erreurs, rectifier le tir, refaire d'autres erreurs et re-rectifier le tir etc
=> trop de savoir théorique masque ou tue la pratique (et brouille la vue sur les problématiques essentielles en créant des illusions sur des choses futiles (voir inutiles) => perte de temps, perte d'énergie et cumul de fausses certitudes !!!!
=> en sonorisation live la priorité doit être l'efficacité et le savoir-faire pratique !! (en studio ou home-studio on peut passer des heures ou des journées à peaufiner un truc ou à essayer d'apprendre ou comprendre un réglage…. en live on n'a pas ce luxe-là !!
=> et en live il faut dès le départ faire le choix de ce qui est utile et efficace pour le mix et ce qui est superflu, inutile ou futile...

enfin, je reviens à nos questions de compression
et comme j'ai déjà expliqué : la plus grande erreur c'est de confondre la compression avec un vulgaire réglage de volume
lié à cette erreur-là est aussi l'erreur de ne pas pouvoir réellement évaluer (entendre et juger) la qualité du compresseur (ou de la compression obtenu) et le "bienfaisant" d'un réglage donné (=> puisque ça sonne TOUJOURS plus fort ça doit obligatoirement être bon !! = fatale erreur !!)

donc l'autre erreur, la plus répandue, c'est de se tromper de réglages (faire n'importe quoi…) et surtout ne pas s'en rendre compte….
pourquoi ces réglages sont siiii important ? réponse : parce que le compresseur change le comportement dynamique de la source et tant qu'on n'est pas expert et connaisseur en terme de réglages on à 8 chances sur 10 de faire des conneries et détériorer la source - au lieu de l'améliorer !!! (je m'expliquerai là dessus plus bas; et si j'ai le temps j'y ajouterai quelques exemples audio !)
je répète encore une fois : le but d'une compression N'EST PAS d'obtenir un son plus fort, mais un son dynamiquement altéré et c'est donc cette altération de la dynamique qu'on doit écouter et analyser (pour savoir si on a bien fait ou pas) et non pas écouter le volume (augmenté) de la source !

alors quoi faire quand on est débutant et qu'on veut apprendre : il faut évidemment pratiquer, pratiquer et encore pratiquer…. donc utiliser et expérimenter le compresseur ! mais en premier lieu il faut y aller doucement et avec les oreilles grandes ouvertes et surtout : ne pas utiliser la chose sur simple conseil trouvé sur un blog ou Youtube…. donc avant de l'utiliser dans un concert live être sûr et confirmer de savoir ce que l'on fait !! (et savoir pourquoi on le fait !!!) éviter aussi d'utiliser la compression en live avant de maitriser les réglages (exercez vous en répète par exemple)
enregistrez toujours ce que vous faites et analysez plus tard (pour éviter de vous laisser entrainer et tromper par une fausse euphorie du moment… surtout en live !)

quelques conseils pratiques pour les débutants (qui deviendront expert avec le temps et à force d'apprendre par la bonne voie !!)
  • - réglez le volume de sortie à ce que le son bypassé et le son compressé soient au même volume ! (s'il faut plus de volume utilisez le fader-volume de la tranche !!! ou augmentez le gain du préamp !)
  • - ouvrez les oreilles et écoutez très attentivement ce que le compresseur fait avec la source (utilisez toujours et à répétition le bypass pour comparer !!)
  • - écoutez le résultat compressé toujours dans le contexte du mix ! (l'écoute solo de la source ne doit servir uniquement pour vérifier qu'on ne détériore pas la source !)
  • - évitez (dans un premier temps) la compression sur les sources percussives (batterie etc)- sauf si vous voulez "écraser" une source !
  • - évitez de compresser des sources complexes (sous-groupes ou main-mix etc)
  • - concentrez vous sur les sources qui nécessitent vraiment la compression (ou limitation) comme parfois les voix lead, (et par exemple la trompette et le trombone (comme protection contre les "surpuissances" instantanées)
  • - sur les voix utilisez de préférence de bons compresseur automatique ou sémi-automatique, ce qui réduira énormément le risque de faire un mauvais réglage (par exemple le DBX-160, le LA2A, certains comps pro en mode auto, comme le DPR-402, ou les Drawmer, le DBX1066 ou le 166 etc…)
  • - évitez les comps de tout premier prix, comme les Behringer Composer etc (qui détériorent et salissent très rapidement le signal)
  • - quand vous utilisez le comp de tranche d'une console numérique utilisez le mode "auto" quand il est proposé !
  • - gardez en mémoire que le mode "auto" fonctionne très bien sur les voix mais fonctionne rarement bien sur les sources percussive et/ou à forte teneur de transitoires
  • - si le mode "soft-knee" ou "over-easy" est proposé utilisez-le (notamment sur les voix) car il adoucira un peu le début de compression
  • - en mode protection (= limiter) n'utilisez PAS le output-gain pour compenser l'atténuation (réglage sur 0 ) et n'utilisez pas de soft-knee ! soignez au maximum le threshold et mettez l'attack assez court !
voilà en gros, les conseils de base !!

la compression est devenu un sujet de mode et tout le monde en parle et tout le monde veut se donner une image plus "pro" en utilisant à tort et à travers la compression; le dernier "hype" c'est la compression parallèle qui hante les blogs et les vidéos sur Youtube; je ne dis pas que c'est mauvais; mais je dis que c'est réservé aux spécialistes et que cela nécessite de sérieuses connaissances en la matière pour bien faire et pour obtenir un "bon résultat" !! (autant plus qu'il s'agit plutôt d'un truc de studio ! l'utilisation en live est, certes possible mais rarement bien efficace !!!)
dans ce même sens, n'oubliez jamais que ce que vous faites à la maison en home-studio, peut être parfaitement inutile et souvent inefficace en concert live (souvent une perte de temps une perte d'énergie et une perte de ressources avec au bout un résultat souvent douteux !)

et voici encore un petit Appendix pour expliquer pourquoi je parle tant d'éventuelles erreurs qui font qu'au lieu d'améliorer et optimiser la source on la détériore très très souvent ….
un compresseur analyse d'abord le contenu dynamique d'une source donnée et propose ensuite une panoplie de réglages pour corriger le comportement dynamique de la source
une source contient grossièrement d'abord les transitoires (la partie la plus forte du son aussi appelé enveloppe) et ensuite le tail (ou sustain etc)
sur une grosse caisse on a d'abord le "clack" (très très court) quand la batte frappe la peau et ensuite le woumm (plus ou moins longue), la résonance de la peau qui fait la sonorité ; sur la voix on a d'abord la captation de la voyelle ou consonne d'un mot et puis le son tenu de la voix qui caractérise sa tessiture et couleur etc
etc etc etc, chaque source a ses caractéristiques dynamiques spécifiques !!
il faut donc déjà et AVANT TOUT décider et définir, donc SAVOIR quel partie on voudrait corriger : les transitoires ou le sustain et régler les ATTACK et RELEASE en conséquence !! un mauvais réglage de ces paramètres entraine forcément un MAUVAIS RÉSULTAT (qui peut aller jusqu'au stricte contraire de ce qu'on voulait obtenir au début)

que signifient les réglages ATTACK et RELEASE ??
attack régle le temps qui passera une fois que le seuil est dépassé et AVANT que le compresseur commence réellement à compresser !
release régle le temps que le compresseur continue à compresser APRÈS que le signal de détection sera redescendu en dessous du seuil (threshold)
ce sont donc là des réglages vraiment très très puissants pour sculpter ou corriger, redéfinir la dynamique d'un son !!!!!

une autre chose très importante à savoir, c'est qu'il existent plein de différents compresseurs (différentes conceptions) qui fonctionneront donc différemment avec évidement des résultats différents (et la plupart des compresseurs numériques sont des modélisations et émulation de concept analogiques traduit donc en algorithmes mathématiques !)

les compresseurs opto par exemple sont construits autour d'une cellule optique; leurs temps d'attack sont relativement longs avec une compression assez douce et en plus ils colorent souvent aussi un peu le son; ensuite on a les compresseurs à lampe (souvent appelé aussi "Vari-MU" qui sont aussi assez lent en attack pour des raisons électriques et ils colorent souvent aussi la source, sauf peut-être certains très haut de gamme genre Manley etc… ce n'est donc pas le bon choix quand on veut traiter les transitoires rapides ou quand on veut éviter de colorer la source
d'autres comps (par exemple à base de FET et ou VCA) permettent aussi des temps d'attack très (plus) rapide et sont donc mieux adaptés pour traiter des transitoires et/ou des sources percussives, mais peuvent aussi très rapidement entrainer des effets indésirables ! (et sont donc plus complexe et plus compliqué à régler !)
un autre point qui distingue les différents compresseurs entre eux, c'est au niveau ou la nature d'analyse dynamique et si par exemple :
  • - les crêtes (Peak) sont pris en compte pour le déclenchement du comp (attack et threshold)
    - ou si c'est plutôt le gain RMS qui est pris en compte (le résultat ne sera pas le même !)
    - si la réponse/atténuation se fait de manière linéaire (tant de db dépassent le seul/threshold = tant de db compressés
    - ou si la courbe de détection est logarithmique : les signaux dépassants de beaucoup le threshold seront traité différemment (=> attack plus court ou plus long-selon- et taux de compression plus fort ou plus faible-selon...) que ceux qui ne dépassent que de peu le seuil réglé
enfin, si on se trompe dans le choix de comp et/ou qu'on se trompe de réglage on peut par exemple :
  • - provoquer des larsènes
    - détruire le côté percutant d'une source (temps d'attack trop court)
    - rendre une source molle et sans vie
    - ou au contraire la rendre trop percussive, ou dominante ou artificielle, dénaturée etc
    - détruire une signature rytmique (quand la compression et son relâchement ne sont pas en harmonie avec le temps/signature-rythmique du morceaux ou de la source) -> sachez que cette re-modulation de signature rythmique peut biensûr aussi être exploité comme effet spéciale (souvent utilisé dans la Dance et Techno etc)
    - créer des effets de pompage (notamment sur la voix) quand le release n'est pas bien réglé et le threshold trop bas !
    - faire disparaître une source à certains moment ; c-à-d la nouvelle dynamique après compression n'est pas cohérent pour le mix
etc etc etc

enfin bref; il y aurait encore tant à dire mais mon roman est déjà trop long et je vais m'arrêter là…
il est probable que j'ajouterai un peu plus tard quelques exemples sonores…
et je répète encore une fois : je ne dis pas du tout qu'il ne faut pas utiliser de compresseur; je dis simplement : évitez (ou arrêtez) d'utiliser la compression à tort et à travers et commencez par construire votre mix sans compression on l'utilisant ensuite pour finaliser et optimiser => ce qui nécessite de bien comprendre le fonctionnement du compresseur qu'on va utiliser et ses réglages et surtout de bien savoir par avance pourquoi on compresse et ce que l'on souhaite obtenir par la compression !!

le meilleur conseil que je pourrais donner pour une utilisation intelligente de la compression est ceci :
utilisez la compression uniquement si vous savez exactement pourquoi il est nécessaire (ou souhaitable) de l'utiliser et si vous avez une idée assez précise de ce que vous désirez obtenir en résultat !!
si ces raisons/motivation ne sont pas réunis n'utilisez PAS la compression (surtout pas en live) et contentez vous à faire des essais et expérimentations pour comprendre le fonctionnement et les réglage d'un compresseur donné et l'impact qu'il peut avoir pour une source donnée dans un mix donné (je sais que ça fait beaucoup de variables et c'est justement la raison pour mon roman et mes mises-en-garde !!)

Merci à ceux qui ont réussi à me lire jusqu'au bout…. :mrgreen: =D>
et n'hésitez surtout pas à répondre, à laisser des commentaires et/ou des ajouts… ou même à me contredire si vous en avez envie !

Avatar du membre
Barthedoc
Modo
Modo
Messages : 1369
Enregistré le : 10 nov. 2007, 16:38

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par Barthedoc » 23 sept. 2019, 13:14

Ben
dire autrement, oui possible mais cela ce portera sur un cas particulier
je ferai une analogie entre le wav et le mp3
la compression est destructive, certains musiciens refusent la compression sur le mix,
certains refusent la compression sur les retours
il m'arrive de compresser quelques tranches micros et ben c'est parce que je suis fainéant sur les voix ( je crispe vite....) et que je veux aller vite, et puis au fur à mesure je monte le seuil
et il reste un petit machin qui compresse du genre -2db au signal max.
(l'eq dynamique est plus utile ...)
bref bravo chef
même si c'est un peu vif.... loundness war vs dynamic sound
Du son, du son , toujours du son...oui mais du light Milledieu

KoiNKoiN
Équipier
Équipier
Messages : 420
Enregistré le : 12 mai 2010, 22:24
Localisation : oise(60) alentour de creil

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par KoiNKoiN » 24 sept. 2019, 10:23

juste merci, c'est digne d'un des meilleurs tuto/renseignement lisible sur le web francophone :)
l'patron président :)

(je me considère comme sondier "en place" au bout de 10ans de presta, de calage, de mix, et je n'aurais pas fait mieux comme explication, loin de la :) ).

Avatar du membre
Fogg
Chef-Equipier
Chef-Equipier
Messages : 669
Enregistré le : 26 août 2004, 10:28
Localisation : Tournai (Belgique)
Contact :

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par Fogg » 24 sept. 2019, 11:29

en tant qu'amateur j'ai tout lu aussi :-)

je ne suis pas du tout obsédé par la compression mais intuitivement, vu que c'est présent sur toutes les tranches de console et que cela semble faire partie du paramétrage normal d'une entrée, on pourrait croire que ça fait partie de tout réglage et que c'est incontournable

donc c'était très bien de pouvoir remettre les choses à leur juste valeur
Fogg

Marcus
Habitué
Habitué
Messages : 74
Enregistré le : 4 sept. 2015, 17:10

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par Marcus » 24 sept. 2019, 11:49

Un grand merci à Ziggy,

Il a su décrire en "quelques mots" les tenants et les aboutissants. Il aurait pu en dire plus, mais il a su se contenir. Toutefois on sent bien qu'il ronge son frein ! (LOL)

Non, sans rire, c'est très formateur et tellement vrai.
Personnellement, je suis très loin d'en voir le bout en sonorisation et on en apprend tous les jours (Rien ne vaut la pratique).
En le lisant, je pense que nombreux sont les gens qui se sont reconnus
C'est vrai qu'avec les nouvelles consoles numériques on nous offre une pléiade de plugs-in et artifices pour modifier les sources sonores (in et out). A nous de faire la part des choses et à ne les utiliser que si nécessaire.
La clé, ouvrir les oreilles ! Ce qui pour certain devient difficile avec tout ce qu'elles prennent !
Soudcraft Impact + miniStageBox 16R
2 x APG DS15S + Powersoft K3
2 x RCF 705 AS

soundbass
Équipier
Équipier
Messages : 303
Enregistré le : 25 mai 2011, 10:21

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par soundbass » 26 sept. 2019, 9:15

Merci pour ces explications ziggy . Petite question , au niveau des retours bains de pieds et des retours in ears , comment gérer la compression ?

Avatar du membre
Barthedoc
Modo
Modo
Messages : 1369
Enregistré le : 10 nov. 2007, 16:38

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par Barthedoc » 26 sept. 2019, 9:35

ola

C'est particulier la compression des retours, cela dépend déjà du musicien, mais si tu modifies la dynamique d'un retour tu altères aussi la perception de l'intervenant, perso je ne compresse pas
les retours, mais si tu veux parler d'un limiteur pour ne pas envoyer 110db de larsen c'est un autre outil.
Donc pourquoi veux-tu compresser les retours? Étant donnés qu'ils sont des références pour adapter ce que le ziccos produit.
Du son, du son , toujours du son...oui mais du light Milledieu

Avatar du membre
ziggy
Admin
Admin
Messages : 13503
Enregistré le : 2 févr. 2004, 21:09
Localisation : Lozère (48)
Contact :

Le mythe de la Compression (à tort et à travers…)

Message par ziggy » 26 sept. 2019, 10:24

soundbass a écrit :
26 sept. 2019, 9:15
…….Petite question , au niveau des retours bains de pieds et des retours in ears , comment gérer la compression ?
Hello
le Bartoch a déjà dit le plus important : pour les retours (et surtout pour les in-ear !!!) c'est toujours le musicien qui décide !! et de mon expérience 9 fois sur 10 , le musicien préfère : SANS COMPRESSION !!

pour les in-ear il faut aussi noter ceci :
-- presque tous les musiciens pro et pour qui j'ai travaillé ont en horreur qu'on leur compresse les sources (et notamment les voix !!!!)
-- les systèmes très haut de gamme ont généralement des compresseurs/limiteur intégrés qui sont assez efficaces pour la protection contre les "surpuissances" et pourtant discret et que le musicien peut se régler comme protection, s'il le souhaite !
-- sur les systèmes bas de gamme je remarque presque toujours une très désagréable compression innée à l'appareil (= compandeur bas de gamme !!) ce qui fait un des plus grands inconvénients de ce matos pas cher !! => manque de dynamique, manque de pêche, manque de naturel !
-- et puis dernier point; encore pour le domaine du haut de gamme et "pro" sans concession; il y a des processeurs adaptés et optimisé pour le monitoring in-ear qui permettent à optimiser le rendu (et le rendement) avec divers outils, dont les compresseurs et limiteurs etc font aussi partie...

sinon, et pour parler "en générale" : les mêmes conseils restent valables (et seront encore plus importants pour une écoute au casque) évitez toute compression si vous ne savez pas exactement ce que vous faites et si vous n'avez pas le matériel adapté !!!

j'ajoute aussi ceci que pour les retours en wedges une forte dose de compression (par exemple sur la voix Lead) couplé à un fort niveau d'écoute déclenchera inexorablement (et très rapidement !) du larsène !!!!

et je répète encore une fois :
la compression ne remplace PAS un réglage de volume…
en conséquence si un musicien n'entend pas assez fortement une source donnée dans les retours, on peut :
-- monter cette source par le volume/send ou par le réglage du préamp
-- baisser d'autres sources et monter (éventuellement) le générale
-- chercher s'il ne s'agit pas un effet de masquage (donc vérifier les égalisations et la "cohabitation" fréquentielle)

en tout cas la compression (et surtout trop de compression ou mauvais réglage) n'arrange rien pour les retours mais empire plutôt les problèmes ! et prive aussi le musicien de gérer correctement sa propre dynamique (très important pour un chanteur par exemple)
mais la limitation peut aussi être indispensable pour les chanteurs débutant et inconscient qui ne savent pas se servir de micros et qui gueulent crient comme des fous-furieux malades dans le micro au risque de casser du HP (dans le temps je leur coupais simplement le micro, jusqu'à ce qu'ils se calment; aujourd'hui j'y mets un limiter bien serré avec un ratio négatif … :mrgreen:

Répondre